Actualités de janvier 2024

 mardi 30 janvier 2024  |  il y a 3 semaines  |  0 Commentaires
   Dr Michel NAHON

 Le syndrome de Takotsubo, urgence cardiaque dont le diagnostic est de plus en plus fréquent, n’a toujours pas de traitement basé sur des preuves...

Cardiovascular and Non-cardiovascular Prescribing and Mortality After Takotsubo - Comparison With Myocardial Infarction and General Population, JACC Adv. Jan 10, 2024.

Cardiovascular Mortality in Takotsubo Syndrome : A Mystery Awaiting Solving, JACC Adv. Jan 10, 2024

Cette étude cas-témoins a enrôlé tous les patients atteints du syndrome de takotsubo en Écosse entre 2010 et 2017 (n = 620) appariés à des individus de la population générale (1:4, n = 2 480) et à des patients contemporains ayant subi un infarctus aigu du myocarde (1:1, n = 620) en fonction de l’âge, du sexe et de la situation géographique. Sur les 3 720 participants à l’étude (âge moyen, 66 ans ; 91% de femmes), 153 (25%) patients atteints du syndrome de takotsubo sont décédés au cours de la période médiane de suivi de 5,5 ans. Ce chiffre dépasse les taux de mortalité dans la population générale (N = 374 [15 %] ; HR : 1,78 [IC 95 % : 1,48-2,15], P < 0,0001), en particulier pour les décès cardiovasculaires (HR : 2,47 [IC 95 % : 1,81-3,39], P < 0,001), mais aussi non cardiovasculaires (HR : 1,48 [IC 95 % : 1,16-1,87], P = 0,002). Les taux de mortalité étaient plus faibles chez les patients atteints du syndrome de takotsubo que chez ceux ayant subi un infarctus du myocarde (31 %, 195/620 ; HR : 0,76 [IC à 95 % : 0,62-0,94], P = 0,012), ce qui était attribuable à des taux plus faibles de décès cardiovasculaires (HR : 0,61 [IC à 95 % : 0,44-0,84], P = 0,002) mais pas non cardiovasculaires (HR : 0,92 [IC à 95 % : 0,69-1,23], P = 0,59). Malgré une utilisation comparable de médicaments, les thérapies cardiovasculaires ont été systématiquement associées à une meilleure survie chez les patients ayant subi un infarctus du myocarde, mais pas chez ceux atteints du syndrome de takotsubo. Les traitements diurétiques (P = 0,01), anti-inflammatoires (P = 0,002) et psychotropes (P < 0,001) ont tous été associés à de plus mauvais résultats chez les patients atteints du syndrome de takotsubo. Chez les patients atteints du syndrome de takotsubo, la mortalité cardiovasculaire est la principale cause de décès, et elle n’est pas associée à l’utilisation d’un traitement à visée cardiovasculaire.

JACC Adv. Jan 10, 2024. Epublished DOI : 10.1016/j.jacadv.2023.100797

 Les patients hospitalisés seraient-ils de plus en plus complexes au fil du temps ?

Population-Based Trends in Complexity of Hospital Inpatients JAMA Intern Med. Janvier 2024

L’expérience clinique suggère que les patients hospitalisés sont devenus plus complexes au fil du temps, mais peu d’études ont évalué cette impression. Cette étude de cohorte a utilisé des données de santé basées sur la population provenant d’hospitalisations non sélectives entre le 1er avril 2002 et le 31 janvier 2017, afin de décrire les tendances en matière de complexité des patients hospitalisés en Colombie-Britannique, au Canada. Les hospitalisations ont été incluses pour les personnes âgées de 18 ans et plus. Les mesures de la complexité comprenaient les caractéristiques du patient au moment de l’admission (âge avancé, multimorbidité, polytraitements, hospitalisation récente), les caractéristiques de l’hospitalisation de référence (admission par le service des urgences, problèmes médicaux aigus multiples, recours aux soins intensifs, durée de séjour prolongée, événements indésirables à l’hôpital, décès à l’hôpital) et les résultats à 30 jours après la sortie de l’hôpital (réadmission non planifiée, mortalité toutes causes confondues). La cohorte finale de l’étude comprenait 3 367 463 admissions non sélectives dans des hôpitaux de soins aigus chez 1 272 444 personnes uniques (âge médian [IQR], 66 [48-79] ans ; 49,1 % de femmes et 50,8 % d’hommes). Par rapport au début de l’intervalle d’étude, les patients hospitalisés à la fin de l’intervalle d’étude étaient plus susceptibles d’avoir été admis aux urgences (odds ratio [OR], 2,74 ; IC 95 %, 2,71-2,77), d’être multimorbides (OR, 1,50 ; IC 95 %, 1. 47-1,53) et de polytraitements (OR, 1,82 ; 95% CI, 1,78-1,85) au moment de la présentation, de recevoir un traitement pour 5 problèmes médicaux aigus ou plus (OR, 2,06 ; 95% CI, 2,02-2,09), et de subir un événement indésirable à l’hôpital (OR, 1,20 ; 95% CI, 1,19-1,22). La probabilité d’un séjour en unité de soins intensifs et d’un décès à l’hôpital a diminué au cours de l’intervalle de l’étude (RC, 0,96 ; IC à 95 %, 0,95-0,97, et RC, 0,81 ; IC à 95 %, 0,80-0,83, respectivement), mais les risques de réadmission non planifiée et de décès dans les 30 jours suivant la sortie ont augmenté (RC, 1,14 ; IC à 95 %, 1,12-1,16, et RC, 1,28 ; IC à 95 %, 1,25-1,31, respectivement). La plupart des mesures montrent que les patients hospitalisés sont devenus plus complexes au fil du temps. Un impact à considérer dans la planification hospitalière !

JAMA Intern Med. Published online January 8, 2024. doi:10.1001/jamainternmed.2023.7410

  Oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO) : des complications neuropsychiatriques à long terme ainsi que des troubles neurologiques et fonctionnels fréquents

Long-Term Neuropsychiatric, Neurocognitive, and Functional Outcomes of Patients Receiving ECMO - A Systematic Review and Meta-Analysis, Neurology Février 2024

Malgré la fréquence des complications neurologiques pendant l’oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO), les données sur les résultats neuropsychiatriques, neurocognitifs et fonctionnels à long terme sont rares. Cette méta analyse a fait l’objet d’une recherche de textes relatifs à l’ECMO et aux résultats neuropsychiatriques, neurocognitifs et fonctionnels depuis la création de l’étude jusqu’au 3 mai 2023 dans a PubMed, Embase, Cochrane, Web of Science et Scopus. Le résultat principal était la prévalence des symptômes neuropsychiatriques (douleur/inconfort, anxiété, dépression, état de stress post-traumatique [ESPT] et troubles du sommeil) lors du suivi à long terme (> 6 mois). Les résultats secondaires étaient la prévalence des troubles neurocognitifs (mémoire, attention et raisonnement), des troubles fonctionnels (activités quotidiennes, activité physique/mobilité et soins personnels/autonomes) et des résultats neurologiques favorables (catégorie de performance cérébrale < 2, échelle de Rankin modifiée < 3 ou échelle de résultats de Glasgow > 4). 59 études portant sur 3 280 patients (âge médian de 54 ans, 69 % d’hommes) ont été incluses. La cohorte était composée de 86 % de patients ayant subi une ECMO veino-artérielle (VA) (n = 2 819) et de 14 % de patients ayant subi une ECMO veino-veineuse (VV) (n = 461). Plus de 10 outils ont été utilisés pour évaluer les résultats neuropsychiatriques et neurocognitifs, ce qui indique un manque de standardisation dans les méthodologies d’évaluation. La prévalence globale des symptômes neuropsychiatriques était de 41 % (IC à 95 % : 33 %-49 %) : douleur/inconfort (52 %, IC à 95 % : 42 %-63 %), troubles du sommeil (37 %, IC à 95 % : 0 %-98 %), anxiété (36 %, IC à 95 % : 27 %-46 %), dépression (31 %, IC à 95 % : 22 %-40 %) et syndrome de stress post-traumatique (18 %, IC à 95 % : 9 %-29 %). La prévalence des troubles neurocognitifs était de 38 % (IC à 95 % : 13 %-65 %). La prévalence des troubles fonctionnels était de 52 % (IC à 95 % : 40 %-64 %) : activités quotidiennes (54 %, IC à 95 % : 41 %-66 %), mobilité (41 %, IC à 95 % : 28 %-54 %) et soins personnels (21 %, IC à 95 % : 13 %-31 %). La prévalence des symptômes neuropsychiatriques chez les patients sous VV-ECMO était plus élevée que chez les patients sous VA-ECMO (55 % [IC 95 % 34 %-75 %] contre 32 % [IC 95 % 23 %-41 %], p = 0,01), bien que la prévalence des troubles neurocognitifs et fonctionnels n’ait pas été différente entre les groupes. La prévalence des résultats neurologiques favorables n’était pas différente aux différents suivis : 3 mois (23 %, IC 95 % 12 %-36 %), 6 mois (25 %, IC 95 % 16 %-35 %) et ?1 an (28 %, IC 95 % 21 %-36 %, p = 0,68).
Une proportion substantielle de patients sous ECMO semble présenter des symptômes neuropsychiatriques et des déficiences neurocognitives et fonctionnelles lors du suivi à long terme. Il existe une hétérogénéité considérable dans la méthodologie utilisée pour évaluer ces résultats, ce qui justifie la nécessité d’une normalisation.
Des études d’observation prospectives multicentriques sont donc indiquées pour étudier plus avant les facteurs de risque de troubles neuro cognitifs chez les patients bénéficiant d’une ECMO.

February 13, 2024 issue 102 (3) https://doi.org/10.1212/WNL.0000000000208081

 L’utilisation combinée d’une PDE5i pour traiter la dysfonction érectile et de dérivés nitrés pour traiter l’insuffisance coronaire semble associée à un risque plus élevé de morbi mortalité cardiovasculaire.

Risk of Death in Patients With Coronary Artery Disease Taking Nitrates and Phosphodiesterase-5 Inhibitors, Journal of the American College of Cardiology, Janvier 2024

Selon les recommandations actuelles, les inhibiteurs des phosphodiesterase-5 PDE5i sont contre-indiqués chez les patients prenant des nitrates organiques. Cependant, dans la pratique clinique, les deux sont couramment prescrits, et l’utilisation concomitante est en augmentation.
Cette étude portant sur l’analyse des registres suédois des patients et des médicaments prescrits a étudié l’association entre le traitement par PDE5i et les résultats cardiovasculaires chez les hommes atteints d’une maladie coronarienne stable et traités par des médicaments à base de dérivés nitrés. Ont ainsi été inclus les hommes ayant subi un infarctus du myocarde ou une revascularisation myocardique entre 2006 et 2013 et qui avaient reçu deux ordonnances de nitrate dans les six mois. L’exposition a été définie comme au moins 2 ordonnances remplies de n’importe quel PDE5i. Une régression multivariable des risques proportionnels de Cox a été réalisée pour estimer les HR avec des IC à 95 % pour la mortalité toutes causes confondues, cardiovasculaire et non cardiovasculaire, l’infarctus, l’insuffisance cardiaque, la revascularisation cardiaque et les événements cardiovasculaires majeurs (MCVE). Au total, 55 777 hommes ont été traités par des dérivés nitrés et 5 710 hommes par des dérivés nitrés et une PDE5i. L’utilisation combinée d’un traitement par PDE5i et de dérivés nitrés a été associée à une mortalité plus élevée (HR : 1,39 ; 95% CI : 1,28-1,51), à une mortalité cardiovasculaire (HR : 1,34 ; 95% CI : 1,11-1,62), à une mortalité non cardiovasculaire (HR : 1. 40 ; IC à 95 % : 1,27-1,54), l’infarctus (HR : 1,72 ; IC à 95 % : 1,55-1,90), l’insuffisance cardiaque (HR : 1,67 ; IC à 95 % : 1,48-1,90), la revascularisation cardiaque (HR : 1,95 ; IC à 95 % : 1,78-2,13) et le MACE (HR : 1,70 ; IC à 95 % : 1,58-1,83).
L’utilisation d’une PDE5i en association avec un médicament à base de dérivés nitrés chez les hommes souffrant d’une maladie coronarienne stable peut présenter un risque accru de morbidité et de mortalité cardiovasculaires. Il convient d’examiner attentivement la situation du patient avant de prescrire des PDE5i à des patients atteints d’une maladie cardiovasculaire et utilisant des médicaments à base de dérivés nitrés.

J Am Coll Cardiol. 2024 Jan, 83 (3) 417–426

 Premier AVC ischémique : jusqu’à 80 % de réhospitalisation pour des complications cardiovasculaires et cérébrovasculaires primaires.

Stroke Subtype and Risk of Subsequent Hospitalization - The Atherosclerosis Risk in Communities Study, Neurology, février 2024

Les participants à l’étude nord américaine ARIC (ARosclerosis Risk in Communities) (n = 1 412) victime d’un premier accident vasculaire cérébral (AVC) ont été suivis pour la réadmission toutes causes confondues après l’AVC. Le risque de première réadmission a été examiné en fonction des sous-types d’AVC (cardio-embolique, thrombotique, lacunaire et hémorragique intracérébral et sous-arachnoïdien) en tenant compte des facteurs de risque sociodémographiques et cardiométaboliques. Parmi les 1 412 participants (âge moyen 72,4 [9,3] ans, 52,1 % de femmes), 1 143 hospitalisations sont survenues au cours de 41 849 mois-personnes. Dans l’ensemble, 81 % des participants ont été hospitalisés au cours des 26,6 années de suivi (83 % des participants ayant subi un AVC thrombotique ou lacunaire, 77 % des participants ayant subi un AVC cardio-embolique et 78 % des participants ayant subi un AVC hémorragique). Les diagnostics cardiovasculaires et cérébrovasculaires primaires ont été rapportés pour la moitié des réadmissions. Sur l’ensemble de la période de suivi, par rapport à l’AVC cardio-embolique, le risque de réadmission était plus faible pour l’AVC thrombotique/lacunaire (rapport de risque [RR] 0,82, IC à 95 % 0,71-0,95) et l’AVC hémorragique (RR 0,74, IC à 95 % 0,58-0,93) dans les modèles de risques proportionnels de Cox ajustés. En revanche, il n’y avait pas de différence statistiquement significative entre les sous-types après ajustement pour la fibrillation auriculaire et le risque concurrent de décès. Comparé à l’AVC cardio-embolique, l’AVC thrombotique ou lacunaire était associé à un risque plus faible de réadmission dans le mois (HR 0,66, IC 95 % 0,46-0,93) et pendant 1 mois-1 an (HR 0,78, IC 95 % 0,62-0,97), et l’AVC hémorragique était associé à un risque plus faible pendant 1 mois-1 an (HR 0,60, IC 95 % 0,41-0,87). Il n’y avait pas de différence significative entre les sous-types en ce qui concerne le risque de réadmission au cours des périodes ultérieures. Au cours des 26 années de suivi, 81 % des personnes ayant subi un AVC ont été réadmises. Les diagnostics cardiovasculaires et cérébrovasculaires au moment de la réadmission étaient les plus fréquents dans tous les sous-types d’AVC. Bien que l’AVC cardio-embolique ait déjà été signalé comme conférant un risque plus élevé de réadmission, dans cette étude, le risque de réadmission n’était pas statistiquement différent entre les sous-types d’AVC ou sur des périodes différentes lorsque l’on tient compte du risque concurrent de décès.

February 13, 2024 issue 102 (3) https://doi.org/10.1212/WNL.00000000002080

 Le cancer du pancréas serait plus fréquent en Europe de l’Ouest et son incidence devrait augmenter dans les années à venir

Global, regional, and national lifetime risks of developing and dying from gastrointestinal cancers in 185 countries : a population-based systematic analysis of GLOBOCAN The Lancet Janvier 2024

Le cancer du pancréas est le septième type de cancer le plus courant en Europe, mais c’est la quatrième cause de mortalité liée au cancer, derrière les cancers du poumon, du cancer colorectal et du sein. D’ici 2030, on prévoit qu’elle deviendra la deuxième cause la plus fréquente de mortalité par cancer.
Cette analyse systématique basée sur la population, a estimé l’incidence des cancers gastro-intestinaux et des taux de mortalité dans 185 pays, ainsi que des données sur la mortalité toutes causes confondues sur la population des pays de l’ONU. Le risque global de développer un cancer gastro-intestinal ou d’en mourir, de la naissance à la mort, était de 8-20 % (IC à 95 % 8-18-8-21) et de 6-17 % (6-16-6-18) en 2020. Chez les hommes, le risque de développer un cancer gastro-intestinal était de 9-53 % (IC 95 % 9-51-9-55) et d’en mourir de 7-23 % (7-22-7-25) ; chez les femmes, le risque de développer un cancer gastro-intestinal était de 6-84 % (6-82-6-85) et d’en mourir de 5-09 % (5-08-5-10). Le cancer colorectal présente le risque le plus élevé, représentant 38 à 5 % du risque total de développer un cancer gastro-intestinal au cours de la vie et 28 à 2 % du risque d’en mourir, suivi par les cancers de l’estomac, du foie, de l’œsophage, du pancréas et de la vésicule biliaire. L’Asie orientale présente les risques les plus élevés pour les cancers de l’estomac, du foie, de l’œsophage et de la vésicule biliaire, l’Australie et la Nouvelle-Zélande pour le cancer colorectal, et l’Europe occidentale pour le cancer du pancréas. Le risque de cancer gastro-intestinal sur la vie entière augmente de manière cohérente avec le niveau de développement ; toutefois, les pays à indice de développement élevé (troisième quartile d’indice de développement présentent le risque de décès le plus élevé. Le risque global de cancer gastro-intestinal au cours d’une vie se traduit par une personne sur 12 qui développe un cancer gastro-intestinal et une personne sur 16 qui en meurt.

Open AccessPublished:January 04, 2024DOI :https://doi.org/10.1016/S2468-1253(23)00366-7

 Vos messages

    Vos commentaires

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom