Urgences Serveur - Campus de Médecine d'Urgence
Urgences Serveur  > Protocoles  > Hospitalier  > Cochin - Hôtel Dieu  > Neurologie
Apoplexie hypophysaire
Auteur(s): SAU Cochin - Hôtel Dieu 7 août 2003 - Urgences-Serveur

Service des Maladies Endocriniennes et Métaboliques

1 - Y PENSER DEVANT

Chez un patient présentant un adénome hypophysaire (prolactinome, adénome non fonctionnel, acromégalie, maladie de Cushing ...) déjà diagnostiqué ou non.

Circonstances favorisantes (inconstant) : angiographie, hypovolémie, collapsus, grossesse, traitement par Parlodel (prolactinome), tests de stimulation hypophysaire, traitement par agoniste du GnRH (cancer de la prostate notamment)....

Le patient présente un tableau de " méningite aseptique "
- céphalées brutales et intenses, constantes (+++), rétroorbitaires ou diffuses et précédant les autres symptômes ;
- syndrome méningé inconstant ;
- atteinte oculomotrice (diplopie, ptosis) voire une ophtalmoplégie ;
- atteinte des voies optiques : baisse d’acuité visuelle, hémianopsie bitemporale ;
- troubles de la conscience dans les formes sévères ;
- atteinte endocrinienne : insuffisance hypophysaire aigüe. Elle n’est pas constante ni toujours complète mais, dans le cadre de l’urgence, il faut considérer que le patient présente un déficit corticotrope.

2 - CONFIRMER LE DIAGNOSTIC

Apprécier l’état du patient :
- neurologique : conscience, oculomotricité, réflexe photomoteur, champ visuel au doigt, raideur de la nuque,
- état cardio-circulatoire : pouls, TA, respiration
- température
- hydratation

Prélèvements à effectuer en urgence :
- ionogramme sanguin, créatininémie,
- Gycémie (capillaire et laboratoire)
- NFS,
- cortisol, ACTH (tube à prélever avant l’injection d’hydrocortisone et pouvant être gardé au réfrigérateur si prélèvement nocturne) et, si possible, dans les 12 heures : ACTH, T4 libre, TSH, PRL, GH, IGF-1, FSH, LH, estradiol (femme), testostérone (homme).

Imagerie cérébrale
- IRM cérébrale centrée sur la selle turcique à réaliser en urgence (confirmation du diagnostic) après mise en route du traitement par hydrocortisone, ou à défaut TDM cérébral.

3 - CONDUITE A TENIR : hospitalisation en réanimation

Mise en condition du patient
- pose d’une voie veineuse

Réhydratation et électrolytes
- glucosé à 5 % (ou 10 % si hypoglycémie), 1 litre en 12 heures à adapter à l’hémodynamique et l’hydratation ;
- NaCl 4 g/l, KCl 2 g/l.

Traitement substitutif
- Hémisuccinate d’hydrocortisone 100 mg iv et 100 mg im (à répéter en im 6 heures après).

Surveillance
- neurologique : conscience, oculomotricité, réflexe photomoteur, champ visuel au doigt
- cardio-respiratoire : pouls, TA, respiration
- ionogramme sanguin, glycémie à 12-24 heures, suivant la biologie initiale.

4 - DEVENIR DU PATIENT

- Si troubles de conscience non corrigés par l’hydrocortisone, atteinte oculomotrice, baisse de l’acuité visuelle (en particulier si troubles récents ou d’aggravation rapide) : avis neurochirurgical pour discuter une décompresssion chirurgicale en urgence et/ou une corticothérapie.
- Si atteinte ophtalmologique : évaluation spécialisée souhaitable (FO, acuité visuelle, champ visuel) dans le but d’une évaluation objective de référence pour le suivi.
- Avis endocrinologique pour la poursuite du traitement médical et la prise en charge au long cours.

http://www.urgences-serveur.fr - Reproduction interdite sans consentement des auteurs
Ce site contient également des documents sous copyright tiers.
© Urgences-Online 2002-2013

Retour à la page du site