Campus numérique de médecine d'urgence

2000, par SFAR

 Prise en charge d’une pneumopathie communautaire grave

- P. Seguin, Y. Mallédant
- Service de réanimation chirurgicale, CHRU Pontchaillou, 2 rue Henri Le Guilloux, 35000 Rennes, France

 POINTS ESSENTIELS

· Il n’y a pas de définition précise de la sévérité d’une pneumopathie communautaire.
· Sixième cause de mortalité aux États-Unis toutes étiologies confondues, les pneumopathies communautaires graves sont responsables d’une
mortalité de 35 à 40 %.
· Dans les formes sévères, le diagnostic étiologique est obtenu dans environ 60 % des cas.
· Il n’existe pas de critère clinique, biologique ou radiologique permettant de préciser, à l’échelon individuel, l’agent causal d’une
pneumopathie.
· Plus de 75 % des étiologies des pneumopathies communautaires sévères sont représentées par : Streptococcus pneumoniae (33 %), les
bacilles à Gram négatif (17 %), Staphylococcus sp (10 %), Legionella pneumophila (9 %) et Haemophilus influenzae (9 %).
· Urgence thérapeutique, l’antibiothérapie empirique doit prendre en compte le pneumocoque et couvrir les agents pathogènes les plus
souvent responsables. Elle fait appel à une bithérapie : lactamine-macrolide ou fluoroquinolone.
· En France, la résistance du pneumocoque vis-à-vis de la pénicilline G est en augmentation constante et s’étend de façon parallèle aux
autres antibiotiques.
· L’efficacité thérapeutique du traitement antibiotique doit être réévalué à la 48-72e heure.

PDF - 217 ko

Pour en savoir plus...

Tout le site : Specialites / Pneumologie

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Identifiants personnels
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document