Campus numérique de médecine d'urgence

dimanche 23 janvier 2005, par Haute Autorité de santé

La Haute Autorité de santé* a élaboré, à la demande de la Direction générale de la santé, une évaluation technologique concernant les méthodes d’estimation du risque cardio-vasculaire (RCV) en prévention primaire, la place des modèles de risque et l’intérêt de leur utilisation.

La prédiction du risque cardio-vasculaire (RCV) global concerne les sujets qui n’ont aucune pathologie cardio-vasculaire cliniquement exprimée et pour lesquels le dépistage et la prise en charge de facteurs de risques permettraient d’éviter, limiter ou retarder le développement d’une pathologie cardio-vasculaire.

Cette évaluation fait le point sur la prévention du risque cardio-vasculaire en France. Elle définit les méthodes d’estimation du RCV global. Elle analyse les bénéfices à attendre des modèles de risque et comment les utiliser dans la pratique quotidienne.

Le risque cardio-vasculaire (RCV) global peut être estimé par deux méthodes :
Une sommation de l’ensemble des facteurs de risque sur un mode binaire (oui/non) ;
Un modèle de risque qui intègre la valeur réelle de chacun des facteurs de risque de façon à obtenir une estimation quantifiée de ce risque.
Concernant les modèles de risque, cette évaluation menée à partir de l’analyse critique de la littérature et de l’avis des experts du groupe de travail met en exergue les points suivants :
Les bénéfices
Les modèles de risque sont performants pour classer les patients et prédire un risque d’événement cardio-vasculaire ;
Ils peuvent être utilisés comme outil de communication pour modifier les pratiques médicales et les comportements des patients ;
L’utilisation de modèles de risque permet de diminuer le RCV global quel que soit le niveau initial de chacun des facteurs de risque ;
Les limites
Les modèles de risque n’ont pas été évalués dans des populations représentatives de la population française générale ;
Le(s) seuil(s) d’intervention thérapeutique restent à définir en fonction des bénéfices attendus pour le patient ;
L’impact à long terme de l’utilisation des modèles de risque comme aide à la décision thérapeutique reste à évaluer.
Les préconisations du groupe de travail s’articulent autour de trois axes :
Harmoniser les recommandations françaises actuelles par facteur de risque ;
Intégrer les modèles de risque dans ces recommandations tout en en précisant les limites ;
Limiter le choix des modèles de risque à deux équations : « Framingham recalibré » et « SCORE »

Téléchargez le rapport
PDF - 613.6 ko

Téléchargez la synthèse
PDF - 41 ko


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Identifiants personnels
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document