Campus numérique de médecine d'urgence

mardi 18 mai 2010, par SAU Hôtel Dieu

Auteurs : Dr Juliette Deutsch, Cédric Beuvelet, Marc Gauthier

 POINTS IMPORTANTS

Profil du consommateur : plutôt des hommes, d’âge moyen (27 et 31ans), consommation occasionnelle, associée à une poly intoxication (alcool, ecstasy, cocaïne…).
Utilisation en soumission chimique, dans le cadre de dopage, ou en contexte festif.
Mode de consommation : orale (indolore et incolore).
Délai des effets : apparaissent 15 minutes après l’ingestion et peuvent durer 3 à 4 heures.
Effets produits : euphorisant, désinhibition sexuelle, altération du niveau de conscience, relaxation, amélioration des effets négatifs des autres drogues.

 DIAGNOSTIC

Le GHB a 2 effets :

- Effets dépresseurs (potentialisés par la consommation simultanée de sédatif et d’alcool) : Lipothymies, troubles visuels, coma, dépression respiratoire.
- Effets dopaminergiques (potentialisés par les amphétamines) : agitation, hallucinations.

Effets aigus du GHB

- Cardio-vasculaire : hypertension artérielle transitoire, bradycardie.
- Pulmonaire : bradypnée, dyspnée de Cheynes-Stokes, apnée.
- Musculaire : accélération du transit intestinal, nausées, vomissements, crampes.
- Neurologique : trouble de la conscience, vertiges, diminution des réflexes, troubles du langage, perte de coordination, nystagmus vertical, diplopie, mydriase ou myosis, trouble de l’attention, coma, mouvements anormaux.
- Autres : hypothermie, hypokaliémie.

Attention

- Les stimuli douloureux peuvent déclencher un état d’agitation très violent.
- Rechercher toujours une poly intoxication associée et des signes de traumatismes.

 MONITORING

Scope : saturation en oxygène, tension artérielle, fréquence cardiaque, glycémie capillaire (devant tout coma).
Discuter voie veineuse en fonction des signes de gravité.

 SIGNES DE GRAVITE

L’overdose au GHB : altération du tonus musculaire et de la conscience, coma profond non réactif, bradycardie, hypothermie, vomissements, détresse respiratoire, manifestations neurologiques (nystagmus, abolition des ROT, myosis ou mydriase, myoclonies).

Pas de corrélation entre concentration et durée du coma.

Biologie ; hypokaliémie, hyperleucocytose, augmentation des CPK, acidose.

Réveil de façon brutale souvent en moins de 4 heures.

 TRAITEMENTS

Pas d’antidote connu 

Si absence de signe de gravité :

- En cas d’agitation : contention physique ou chimique (1 amp de Loxapac IM)
- Transport pompier (à discuter)
- Surveillance aux urgences

Si présence de signe de gravité :

- Scope
- Voie veineuse
- En cas de coma : discuter intubation (GSC<7, risque d’inhalation)
- En cas de convulsion : 1 amp de Rivotril IV
- Transport SMUR
- Surveillance en réanimation

 BIBLIOGRAPHIE

- Karila L, Novarin J, Megarbane B, Cottencin O, Dally S, Lowenstein W, Reynaud M. Acide gamma-hydroxy-butyrique (GHB) : plus qu’un agent de soumission chimique, une véritable source d’addiction. Presse Médicale, 2009 ; 38 (10) : 1526-1538.

- Mégarbane B, Bloch V, Fompéydie D, Baud F. . Intoxication par le gamma-hydroxybutyrate (GHB) : intérêt des relations toxicocinétiques/toxicodynamiques (TK/TD). Journal Européen des Urgences, 2008 ; 21 (1) : A146

- Mégarbane B, Donetti L, Blanc T, Chéron G, Jacobs F, Groupe d’experts de la SRLF. Intoxications graves par médicaments et substances illicites en réanimation. Réanimation, 2006 ; 15 : 332–342.

Pour en savoir plus...

Hospitalier : Specialites / Toxiques
Tout le site : Specialites / Toxiques

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Identifiants personnels
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document