Campus numérique de médecine d'urgence

Dr Julien Nadal, Pr Yann-Erick Claessens

mardi 12 février 2013, par Urgences Centre Hospitalier Princesse Grace, Principauté de Monaco

 1) Généralités et points forts

- Définition

  • Crises continues ou subintrantes pendant au moins cinq minutes.

- Epidémiologie

  • Les EME surviennent dans 39 à 50 % des cas chez un patient porteur d’une maladie épileptique.
  • La première cause d’EME est un arrêt ou une modification du traitement anti épileptique.
  • Les crises observées sont le plus souvent partielles évoluant secondairement vers des crises généralisées.
  • Les lésions cérébrales apparaissent expérimentalement chez le primate au bout de 60 à 90 minutes dans l’EME convulsif généralisé.
  • La mortalité est de 8% à 39%.
  • Le retentissement systémique de l’EME convulsif (hypertension puis hypotension, hyperthermie, hypoxie, hyperglycémie puis hypoglycémie, acidose métabolique et parfois mixte) peut majorer le risque de lésions.

- EEG et EME

  • Tout patient hospitalisé pour un EME doit bénéficier d’un EEG le plus tôt possible sans retarder la prise en charge thérapeutique.
  • En cas de doute d’EME non convulsif (EME larvé, EME confusionnel partiel complexe, EME absence, EME à symptomatologie élémentaire sans rupture de contact : Hallucinations, aphasie...)
  • En cas de doute sur un pseudo état de mal (origine psychogène)

 2) Tri IAO

- niveau 1

 3) Prise en charge

- PRISE EN CHARGE NON SPÉCIFIQUE :

  • PLS, O2 si SAT < 95%, VVP + Nacl 0,9%, glycémie capillaire
  • Contrôle des ACSOS
  • Monitorage fréquence cardiaque, repsiratoire, TA, SAT.

- PRISE EN CHARGE SPÉCIFIQUE :

  • Un traitement antiépileptique doit être, une fois le diagnostic établi, administré en urgence.
  • BENZODIAZÉPINES :
    • Lorsque l’administration de benzodiazépines par voie intraveineuse est impossible, le midazolam (HYPNOVEL) en intramusculaire à 0,15 mg/kg ou par voie buccale (0,3 mg/kg) peut être employé.
  • PHÉNOBARBITAL (Gardénal) :
    • CI : Insuffisant respiratoire
    • EI : Dépression de la vigilance – Dépression respiratoire modérée
  • FOSPHÉNYTOINE (Prodilantin) :
    • CI : Troubles de la conduction – Cardiopathie sévère
    • EI : Moins dépresseur de la vigilance et de la fonction respiratoire.
  • VALPROATE DE SODIUM (Dépakine) :
    • si CI au Gardénal ou Prodilantin, ou en cas d’EME secondaire au sevrage en dépakine.
    • CI : Hépatopathie

- RECOURS A L’INTUBATION ET LA VENTILATION MÉCANIQUE :

  • L’intubation et la ventilation mécanique ne sont pas systématiques d’emblée.
  • Elles sont indiquées en cas de recours à des agents anesthésiques, de détresse respiratoire aiguë ou d’altération profonde et prolongée de la vigilance, malgré l’arrêt des convulsions.
  • La technique d’induction anesthésique recommandée est celle de la procédure à séquence rapide.

- CAS PARTICULIER :

  • Ethylique connu ou suspecté : Vit. B1 100 mg en IVL

- APRÈS LE CONTRÔLE DE L’ÉTAT DE MAL :

  • Un relais par benzodiazépines par voie entérale ou parentérale discontinue est indispensable : RIVOTRIL 1 mg X 3/J.

 Schéma de prise en charge de l’EME

PNG - 160.7 ko

* perfusion en 20 minutes ; diluer un flacon de 200mg dans 10ml , SAP vitesse 99,9 (soit 33mg/min – maximum 100mg/min)
** flacon de 750mg/10ml à utiliser pur, SAP vitesse 99,9 (125mg/min – maximum 150mg/min)

 4) Référence

- Outin H, Blanc T, Vinatier I, le groupe d’experts. Prise en charge en situation d’urgence et en réanimation des états de mal épileptiques de l’adulte et de l’enfant (nouveau-né exclus). Réanimation. 2009 ;18 :4-12.

Pour en savoir plus...

Hospitalier : Specialites / Neurologie - HIC
Tout le site : Specialites / Neurologie

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Identifiants personnels
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document