Campus numérique de médecine d'urgence

Dr Mariève Billemont, Dorothée Demilly (IDE psy), Dr jean-Christophe Allo (SAU Cochin)

vendredi 29 avril 2011, par SAU Cochin - Hôtel Dieu

 1) Messages importants :

- Urgence absolue

- Tout retard de prise en charge majore le risque de passage à l’acte

- Ne pas confondre agitation et confusion

- 1% des passages aux urgences

- Toujours tenter et privilégier l’approche relationnelle

- Eliminer une cause somatique

- Si nécessité d’une contention mécanique, toujours y associer une contention chimique et remplir la fiche de traçabilité

 2) Définitions :

- Agitation = perturbation du comportement moteur, psychique et relationnel suscitant une réaction d’intolérance de l’entourage et du milieu

- 2 types :

 3) Etiologies :

Souvent multifactorielle

- Causes organiques :

  • neurologique (méningo-encéphalite, POEC, HM, HSD, épilepsie…)
  • métabolique (hypoglycémie…)
  • hypoxie, hypercapnie
  • douleur, fécalome, RAU…
  • hyperthermie
  • état de choc

- Causes toxiques :

  • alcool, stupéfiants
  • iatrogénie

- Causes psychiatriques :

  • bouffée délirante aigue, schizophrénie, accès maniaque, …
  • attaque de panique, …

 4) Tri IAO :

 5) Prise en charge initiale

- Tout retard de prise en charge majore le risque de passage à l’acte

- Réassurance verbale toujours

- Selon degré de coopération du patient :

  • prise de constantes : sat O2, dextro (au minimum et systématique)
  • atcd, interrogatoire d’un accompagnant
  • examen clinique

 6) Examens complémentaires :

 7) Prise en charge thérapeutique

- Approche relationnelle pluridisciplinaire (par le personnel des urgences) permettant de prévenir l’escalade vers la violence ou le passage à l’acte auto ou hétéro-agressif

- Prise en charge étiologique +++

- En cas d’agitation incontrôlable : contention chimique et physique

- Définition :

  • geste d’urgence, réalisé par l’équipe des urgences
  • « soin réalisé sur prescription médicale qui consiste à restreindre ou maîtriser les mouvements d’un patient en l’immobilisant sur un brancard ou un lit muni d’attaches verrouillées »

- Contention mécanique toujours associée à une contention chimique

- Objectif : assurer la sécurité du patient et de l’entourage ; Prévenir la rupture thérapeutique

- Contre indication :

  • affections organiques non stabilisées (prise systématique d’un dextro et SpO2)
  • utilisation à titre de punition
  • état clinique ne nécessitant pas ces mesures
  • réduction anxiété de l’équipe ou confort
  • manque de personnel

- A. La contention mécanique en pratique :

Fiche traçabilité contention (cliquer ici)

Word - 60.5 ko

- B. La contention chimique en pratique :

- Objectifs :

  • permettre un examen clinique
  • réduire l’agitation, sécurité de l’environnement des soins
  • limiter la durée de la contention

- Mode d’administration :

  • préférer si possible la voie orale
  • IM, IV

- Molécules :

  • en absence de cause évidente ou cause toxique, privilégier les benzodiazépines (BZD)
  • les neuroleptiques sont déconseillés en cas de prise de stupéfiant stimulant

 8) Orientation et Surveillance

- Si patient coopérant et évaluation psychiatrique possible :

  • entretien IDE psychiatrique
  • appel du psychiatre 15093

- Si nécessité de contention chimique et physique :

  • surveillance clinique et psychiatrique en UO
  • fiche de traçabilité
  • levée de contention progressive

 9) Bibliographie

- 9e conférence de consensus, Agitation en urgence (petit enfant excepté)

Pour en savoir plus...

Tout le site : Specialites / Techniques

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Identifiants personnels
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document