Campus numérique de médecine d'urgence

Cf. conférence de consensus SRLF (Tours. 1990)

1996, par SRLF

 Traumatismes Crâniens

Recommandations générales

Cf. conférence de consensus SRLF (Tours. 1990).

En Général

- 1 Tout traumatisme crânien doit être classé selon son risque
évolutif d’après les groupes de Masters .

- 2 Cette classification est une aide indispensable pour la
demande des examens d’imageries et pour la conduite à tenir qui
prend en compte également d’autres éléments : notion de perte
de connaissance certaine, amnésie post-traumatique, agitation,
troubles mnésiques …

- 3 La tomodensitométrie crânienne rapide est particulièrement
utile pour décision d’un transfert et/ou d’un geste
neurochirurgical et d’une sortie rapide du malade. Un Score de
Glasgow inférieur à 13 classe le malade en groupe 3 de Masters
et implique une tomodensitométrie en urgence.

GROUPE 1 GROUPE 2 GROUPE 3
Pas de radiographie du crâne
En l'absence de scannographie :
Radiographie du crâne possible
Surveillance clinique
Pas de radiographie du crâne
Retour au domicile avec surveillance
et Information
Pas de signes de gravité et amélioration
 
Si surveillance à domicile impossible:
hospitalisation brève
Signes de gravité et ou aggravation
Scannographie et milieu neurochirurgical

 CLASSIFICATION DE MASTERS des TC

GROUPE 1 (risque faible)
Signes Patient sans symptôme
Maux de tête
Sensation de vertiges
Hématome, blessure, contusion du cuir chevelu
Absence de signe de groupe 2 et 3
Conduite à tenir Il n'y a pas lieu de-Prescrire une radiographie.
Il est impératif en revanche :
- de retranscrire l'examer clinique par écrit,
- d'informer le patient verbalement et par écrit de la surveillance à réaliser au domicile pour les jours suivants.
Si la surveillance est possible, le retour à domicile est autorisé
GROUPE 2 (risque modéré)
Signes - Histoire peu fiable des circonstances de l'accident,
- Prise de substance pouvant interférer avec la conscience (alcool, drogue... )
- Suspicion de fracture clinique
- Lésion pénétrante
- Modification de la conscience au moment de l'accident ou dans les suites immédiates ou amnésie après l'accident,
- Crise d'épilepsie ou convulsions après l'accident,
- Vomissements
- Maux de tête progressivement croissants.
Conduite à tenir Centre hospitalier sans scanner : radiographie du crâne classique : la présence d'un trait de facture est alors un motif de transfert vers un centre hospitalier disposant d'un scanner.
Dans les centres hospitaliers disposant d'un scanner, 2 attitudes sont possibles :
- soit simple surveillance (24 à 48 heures habituellement) et réalisation d'un scanner selon l'évolution,
- soit scanner d'emblée avec retour à domicile si le scanner est normal avec instructions écrites de surveillance.
GROUPE 3 (risque élevé)
Signes - Altération du niveau de conscience
- Diminution progressive de l'état de conscience
- Signes neurologiques
- Plaie pénétrante
- Modification du relief osseux lors de la palpation
- Polytraumatisme : minimum 2 lésions avec mise en Jeu du pronostic vital
Conduite à tenir - Radios du crâne inutiles
- Scanner en urgence et transfert en neurochirurgie selon les données du scanner.

 EXEMPLE DE DOCUMENT A REMETTRE AUX PATIENTS

Madame, Monsieur,

Une personne de votre entourage vient d’être victime d’un traumatisme crânien. L’examen effectué par le médecin des urgences est rassurant : le retour à domicile est sans risque. Néanmoins, votre surveillance sera attentive pendant les quarante-huit heures.

Durant la journée, surveillez son comportement :

- est-il somnolent ?
- a-t-il des troubles de la conscience ?
- a-t-il son activité et ses jeux habituels.?
- présente-il des troubles de l’équilibre ou des vertiges lors de la marche ?
- présente-t-il des difficultés à bouger un bras ou une jambe ?

Durant la nuit, vous devez le réveiller toutes les trois heures pour vérifier sa conscience (voir s’il vous répond correctement)

Votre surveillance portera aussi sur son état général :

- vomit-il fréquemment ?
- souffre-t-il d’un mal de tête, de façon intense et prolongée, ne cédant pas au suppositoire ou au cachet de Doliprane (ne lui donnez pas d’aspirine) ?
- pleure-t-il ou gémit-il sans cesse ?
- se plaint-il de voir trouble ou louche-t-il ?

Dans le cas de l’apparition d’un ou de plusieurs de ces signes, il convient de prendre contact rapidement avec un médecin quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit et de ramener la victime vers un hôpital afin d’effectuer des examens complémentaires.

Pour cela, vous pouvez joindre :
- votre médecin de famille,
- les urgences de l’hôpital le plus proche de votre domicile
- le SAMU en composant le 15

Le Médecin du service

- Des radiographies du crâne ont été effectuées
- Des radiographies du crâne n’ont pas été effectuées

PDF - 17.1 ko
Dernière mise à jour le 13/08/2001

Pour en savoir plus...

Tout le site : Specialites / Traumatologie

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Identifiants personnels
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document